Expérience dans la reproduction de Amphiprion ocellaris

Les Amphiprion ocellaris, poissons clowns les plus connus au monde grâce à "Némo", sont des poissons fascinants. La maintenance et la reproduction sont assez aisées, mais l’élevage des larves est une autre paire de manches !

Créé le 5 décembre 2015 à 08h56 par chprieur

Amphiprion ocellaris est le poisson clown le plus connu de la planète. Après l’avoir maintenu durant plus d’un an, je me décide a passer à la phase reproduction !

Préambule

La première partie de cet article sera théorique, consacrée à mes réflexions, sur ce que j’aurais pu glaner comme informations sur le net ou dans des ouvrages concernant cette reproduction.

La seconde partie sera plus pratique. Elle sera le récit de cette aventure.

1ère partie

Les contraintes :

1/ Avoir un couple !

Et bien oui, afin de tenter une reproduction, il faut bien évidement avoir un mâle et une femelle. Rien de plus facile avec ce poisson. En effet, Amphiprion ocellaris est hermaphrodite protandrique. Pour faire simple, tous les poissons naissent avec le même sexe, et en grandissant, certains deviennent des femelles et les autres restent des mâles. Ce sont les relations hiérarchiques qui semblent déterminer le sexe.

Et donc, pour être certain d’obtenir un mâle et une femelle, il suffit de prendre deux poissons jeunes et d’attendre que la nature fasse son œuvre. Au final, on aura obligatoirement un couple. J’ai choisi les miens il y a plus d’un an, tout les deux étaient petits. L’un d’eux a grandi plus vite que l’autre (la femelle) et aujourd’hui, ils se reproduisent dans mon bac récifal.

Comment les reconnaître ? : La femelle est plus grosse que le mâle. C’est le mâle qui s’occupe des œufs. La femelle est dominante (et m’attaque à chaque fois que je mets les mains dans le bac pour l’entretien !!!)

2/ Obtenir des œufs

Alors là, je n’ai trouvé aucun secret particulier. Le plus simple, est d’offrir au couple un bac dans lequel il se sente à l’aise, de la nourriture de bonne qualité et des paramètres adaptés. Ensuite, encore une fois, on laisse faire la nature !

3/ Récupérer les larves

C’est une phase très délicate. Les larves ne semblent pas supporter la lumière trop vive et il ne faut pas non plus qu’elles soient en contact avec l’air à aucun moment. Plusieurs techniques semblent exister.

a) Soit on retire le support de ponte et on le place dans un bac d’éclosion spécial

b) Soit on retire les parents et on aère la ponte

c) Soit on arrive à récupérer les larves une fois celles-ci écloses. C’est cette méthode qui a retenu mon attention. Je développerai la technique dans un chapitre à ce sujet.

4/ Nourrir et faire grandir les larves

Aïe! C’est là le point le plus épineux. En effet, si la nourriture de départ, durant les 5 premiers jours, n’est pas adaptée, c’est l’échec assuré. Cela fera aussi l’objet d’un chapitre particulier.

Le bac de reproduction :

Le bac de reproduction doit correspondre au bac dans lequel mes poissons sont actuellement et dans lequel ils pondent (néanmoins, dans un bac communautaire, tout espoir de récupérer des larves est vain ; il est donc nécessaire d’utiliser un bac spécifique !). Ils sont dans mon bac récifal :

Bac de 200 l
Méthode Berlinoise : pierres vivantes, écumage, brassage
Paramètres : Si possible, mieux vaut avoir des paramètres idéaux :

pH : 8 à 8,4

Densité 1025

Température 25°C

Calcium : 420 mg/l

Magnésium : 1300 mg/l

KH : 7

Nitrates : 0 mg/l

Phosphates : 0 mg/l



J’ai prévu d’utiliser le bac de reproduction de mes poissons d’eau douce soit 120 litres, dans lequel je vais aménager un second bac : le bac des larves.

Le bac de reproduction sera éclairé par 2 tubes T5 de 39W chacun, il sera brassé par des pompes Maxi-jet (2 x 1200 l/h), chauffé. Je vais y introduire environ 10 kg de pierres vivantes + la pierre vivante sur laquelle est fixée mon anémone actuellement.

Les poissons, dans mon bac récifal, pondent soit sous l’anémone, soit sur le corps d’un corail dur LPS (Euphyllia). J’ai choisi de ne mettre que l’anémone dans le nouveau bac de repro, afin de libérer de l’espace dans mon bac récifal.

J’y placerai également quelques coraux mous, toujours pour gagner de la place dans mon récifal (je suis envahi de quelques Xenia pumping et par un gros Sarcophyton !)

Bac des larves : les vitrages seront opacifiés afin de ne pas laisser passer la lumière. Le fond sera constitué d’une plaque de plexiglas dans laquelle j’ai fait quelques dizaines de trous afin de laisser passer l’eau. J’y mettrait également une fine couche de sable afin d’empêcher les larves de passer par ces trous. Le couvercle (nécessaire pour éviter les différences de température) sera lui aussi opaque à la lumière sauf en son centre. Il semble (vu sur le net) que les larves se placent alors dans ce « cône » de lumière, ce qui leur évite de mourir de faim parce qu’agglutinés contre les vitres. Le bac des larves recevra en permanence une petite quantité d’eau du bac des parents via un système à exhausteur. Il sera chauffé uniquement par la température de l’eau de la partie du bac des parents. Eventuellement, il sera aéré et brassé grâce à un bullage léger (a voir à l'usage).

La nourriture des larves :

C’est là que ça se corse ! La survie des larves au delà de quelques jours est conditionnée par l’utilisation d’une nourriture adaptée en taille et en qualité.

Selon mes informations, il faut que les larves mangent 3 fois par jour du zooplancton enrichit.

Il est donc impératif, avant de se lancer dans cette expérience de maîtriser la culture de différentes choses :

Le phytoplancton : C’est la base de cette mini chaîne alimentaire. Le phytoplancton servira au nourrissage du zooplancton. Mon choix se porte sur le Nannochloropsis. Sa taille est d’environ 2 microns et il est riche en Omega 3.

Le zooplancton : c’est lui qui servira de repas aux larves durant les 3 ou 4 premiers jours. Ensuite les larves auront la taille suffisante pour manger des particules plus grosses. Donc, dans un premier temps, je donnerai des rotifères du genre Brachionus et ensuite des nauplius d’artémias.

J’expliquerai, dans la prochaine partie, mon organisation en ce qui concerne l’élevage de ces différents planctons.

Fin de la première partie. Tout cela n’est que théorique, pour le moment. Dans quelques jours, le temps de faire un peu de place dans mon sous sol, je commencerais l’assemblage du bac des larves, le montage de l’éclairage (commandé sur le net et pas encore reçu !) et la mise en eau. Bref, il me faut encore au moins 1 mois avant de démarrer cette expérience..

L’organisation



1/ Le bac de repro

11 kg de PV, 3 pompes (soit 3400l/h), 1 chauffage, 1 écumeur, 1 système à exhausteur pour le renouvellement de l’eau du bac des larves.

Eclairage : ici, seuls 2 tubes de 39W T5 Marine White sont en fonctionnement. Je vais y ajouter 2 tubes de 39W dès que je les aurais reçu.

Particularité : j’ai fait un trou de diamètre 60 mm sur le dessus du capot afin de mettre une petit lumière de 15W la nuit au dessus du bac des larves . Une « fenêtre » de 40 x 40 mm étant faite dans le couvercle du bac des larves.

2/ Le bac des larves

 

Le fond du bac des larves : une plaque de plexi, amovible, percée. Je recouvrirais cette plaque de quelques millimètres de sable de corail pour éviter que les larves ne sortent par les trous.

3/ Récupération les larves

Un bac , fermé sur les côtés par du pléxi percé de 2 trous pour pouvoir y insérer les tuyaux.

 

D’un côté, l’arrivée d’eau, la mousse bleu pour retenir les larves, de l’autre côté une pompe pour le retour de l’eau dans le bac.

4/ Production du phytoplancton

La même avec la lumière allumée : 2 x 30W

5/ Production du zooplancton

Les 3 bacs pour le zooplancton sont en verre 4 mm, contenance environ 8 litres. Ils sont dans un bac plus grand, permettant de chauffer les 3 petits façon « bain marie » !

Et une vue d’ensemble :

Voila, pour le moment, j’attend toujours mes 2 tubes T5 supplémentaires ainsi que l'éclosion des oeufs de la dernière ponte de mes ocellaris pour me lancer vraiment. Il me faut aussi encore commander ma souche de phyto et celle de zooplancton. Et enfin, je mettrais tout ça en route ! Ah oui, il me manque aussi un compresseur pour le bullage des cultures de phyto et zooplancton !

2eme partie

La partie pratique !

Ca y est, c’est partit. Les poissons ont été introduits le 15 décembre 2007.

J’en ai profité pour faire un peu de place dans mon bac principal. Je leur ai donc ajouté, en plus de leur anémone, un Sarcophyton, que je bouturerais un fois celui-ci remis du déplacement et quelques pierres recouvertes de Clavularia viridis.

Je vais leur ajouter un petit pot en terre cuite, en espérant qu’ils s’en servent comme support de ponte, ce qui simplifierait grandement la récupération des larves, puisqu’il me suffirait de récupérer les œufs juste avant l’éclosion !

A gauche : bac des larves

Le 16 décembre : grosse frayeur ! L’anémone a décidé de se diviser (par la bouche), certainement suite au stress du changement de bac. Là n’est pas le problème. Mais c’est surtout qu’un liquide blanchâtre sortait des parties scindées de l’anémone, ce qui opacifiait mon bac. J’ai craint une grosse pollution du bac, mais le lendemain, pas de soucis. L’eau était redevenue claire comme s’il ne s’était rien passé. Bien sur, l’écumeur a tourné a fond ainsi que le brassage durant toute la nuit !

Le 22 décembre : arrêt momentané de l'expérience. Ce qui devait arriver arrivât ! L'une des anémones est allée se loger dans une crépine de pompe, occasionnant une pollution du bac. Les poissons ont donc réintégré en urgence mon bac récifal, le temps que le bac de repro retrouve une santé. Bref, changement d'eau, brassage, aspiration des déchets etc etc. Et puis je pars une semaine en vacances...inutile donc de prendre des risques.

Le 20 janvier 2008 : Reprise de l'expérience. J'ai remis le couple d'Amphiprion cet après -midi.
Le bac semble vouloir se stabiliser. L'anémone restante cherche toujours sa place.
Le gros Sarcophyton glaucum qui était dans mon bac principal semble se plaire ici, j'en ai profité pour ne faire une bouture (coupe d'une partie avaec une lame de cutter et fixation sur une PV avec un élastique). La bouture et le Sarcophyton semblent bien.
Les Clavularia viridis semblent se plaire également.

Le 19 mars 2008 : 1ère ponte !
Voila, ça y est, c'est partit, mon couple vient de pondre pour la première fois dans ce bac.Ils ont pondu dans le petit pot en terre cuite que j'avais mis a leur disposiition a cet effet ! Ce je pense, va grandement me simplifier la tâche pour la récolte des larves puisqu'il me suffira de prélever le pot en terre cuite quelques heures avant l'éclosion. Par contre, il y a plusieurs problèmes qui se posent.
1/ L'anémone et les poissons sont dans le bas de la partie "bac des larves" !
2/ Je ne suis pas prêt ! Je n'ai pas encore lancé ni mon élevage de phytoplancton ni mon élevage de zooplancton !
Bref, je suis dans le caca !!
D'autre part, j'(ai installé quelques boutures de coraux durs qui semblent bien se plaire, j'ai de nouveau bouturer le sarcophyton. Les sinularia sont coincées a l'arrière du bac et ne semblent pas au top de leur forme. Je pense qu'elles manquent de place...

Le 20 mars 2008 : Commande de rotifères et de zooplancton
J'ai pu en trouver chez MarineLife. Je pense que 2 fois 125 ml seront suffisant pour assurer dans les premiers jours...

Le 28 mars 2008 : Ils sont nés ! Ils sont nés dans la nuit du 27 au 28 mars. Premier nourrissage en rotifère à 7H du matin, second nourrissage à midi et troisième nourrissage ce soir vers 20H15 (1/2 heure après avoir ajouté du phytoplancton dans mon petit bac de zooplancton…afin que le zooplancton se charge en phyto et soit ainsi plus nourrissant pour les larves).

J’ai quand même jeté un coup d’œil…en écartant doucement le sac poubelle qui encercle le bac des larves pour limiter l’éclairagetous les œufs n’ont pas éclos. Il en reste même pas mal malheureusement. Je pense avoir seulement une dizaine de larves…je verrais bien dans quelques jours.

Alors pourquoi les œufs n’ont pas tous éclos ? Plusieurs pistes :

Ø J’ai retiré la ponte 24H trop tôt d’où le manque de soin à la ponte et le manque de ventilation des œufs.

Ø J’ai mis un bulleur dans le pot en terre cuite. Mais les bulles allant vers le haut, j’ai eu peur qu’en mettant les œufs en haut, et donc directement sous les « impacts » des bulles, ceux-ci soient trop agités et ne soient abîmés. J’ai donc laissé les œufs vers le bas et sur un côté du pot, le bulleur bullant en haut, je pense que les œufs les plus éloignés des bulles (ceux du bas), et donc les moins ventilés, sont morts asphyxiés.

Ø La prochaine fois, je mettrait un « sucre » au bout du tuyau afin d’obtenir de petites bulles qui pourront être davantage en contact avec les œufs puisqu’elles seront moins « puissantes ». Ou bien il faut que je trouve un système pour mettre le pot verticalement avec le bulleur au centre afin de ventiler l’ensemble du pot…à réfléchir !

Voila pour le moment… la suite dans quelques jours, lorsque je commencerai a leur donner des nauplius d’artémias, je pense que je pourrais retirer le sac poubelle , sans pour autant retirer le couvercle opaque !

Le 30 mars 2008 : Je considère donc cette première expérience comme un échec. Il ne reste que 2 larves dont une est « tordue » ! (Je les ai mis dans un petit pot en verre au bain marie a 25°C, avec une pipette de rotifère…Mais ils n’ont pas l’air en grande forme.. et je les considère comme perdus.)

Il me faut donc préparer la seconde expérience (je crois que la femelle est bien ronde, son oviducte est bien visible et je viens à l’instant de leur rendre le pot en terre cuite dans lequel j’espère qu’ils pondront de nouveau). A mon avis, ils vont re-pondre aujourd’hui même !!!!!!

Ce qu’il faut modifier pour cette seconde « chance » :

1. Mise en route de plusieurs cultures de rotifères et de zooplancton afin de faire baigner les larves dans les rotifères à chaque repas

2. Prélèvement des oeufs des poissons au bon moment et pas 24H avant !

3. Mise en place d'un bullage juste avant l'éclosion dans le pot en terre cuite (s’ils pondent dedans, sinon, je serais obligé de sortir pour aspirateur à larves…. Beaucoup moins drôle parce que je n’ai pas encore trouvé de solution idéale pour la circulation de l’eau dans celui-ci.) permettant la ventilation de l'ensemble de la ponte et donc avec diffuseur de petites bulles, beaucoup moins violent que le tuyau sans rien au bout.

4. Réduction du volume du bac des larves par une plaque verticale amovible afin de concentrer la nourriture dans un plus petit volume. Cette plaque sera retirée à partir du moment où les larves pourront absorber autre chose que des rotifères.

Le 30 mars 2008 : Je considère donc cette première expérience comme un échec. Il ne reste que 2 larves dont une est « tordue » ! (Je les ai mis dans un petit pot en verre au bain marie a 25°C, avec une pipette de rotifère…Mais ils n’ont pas l’air en grande forme.. et je les considère comme perdus.)

Il me faut donc préparer la seconde expérience (je crois que la femelle est bien ronde, son oviducte est bien visible et je viens à l’instant de leur rendre le pot en terre cuite dans lequel j’espère qu’ils pondront de nouveau). A mon avis, ils vont re-pondre aujourd’hui même !!!!!!

Gagné !!!!!!! 21H environ Ils sont en train de re-pondre…donc l’éclosion devrait avoir lieu dans la nuit du 06 au 07 Avril.La seconde ponte !

Réduction du volume du bac des larves par une plaque de plexi amovible :

Phyto et zooplancton en cours d’élevage….

La seconde ponte…. Cette fois, sur l’extérieur du pot et quelques heures avant l'éclosion.... verdict demain ;-)

Le 07 avril 2008 : Ils n'ont pas éclos :-( A priori, le nombre de jours d'incubation n'est pas le même que la première fois... je les ai donc encore retiré trop tôt...

Le 08 Avril 2008 : Ils ont éclos :-) Il y avait beaucoup de larves. Nourrissage au petit matin aux rotifères enrichis....etc etc échec total après 48H

Le 12 Avril 2008 : Nouvelle ponte Par contre, ils n'ont pas pondu sur mon pot en terre cuite mais sous une pierre vivante, a un endroit totalement inaccessible. Le nombre d'oeufs n'est pas extraordinaire. Je tenerai d'attirer les larves, la nuit venue avec une petite lampe de 15 W placée au dessus du bac des larves.


ponte le 20.03 ---> éclosion dans la nuit du 27 au 28 ; 0 survivants le 30.03 après 48H

ponte le 30.03 ---> éclosion dans la nuit du 07 au 08/04 ; 0 survivants le 10.04 après 48H

ponte le 12.04 ---> éclosion du 20 au 21 ainsi que du 21 au 22 avril (éclosion étalée sur deux nuits)

ponte le 23.04 --> éclosion dans la nuit du 2 au 3 mai ; 0 survivants, je n'étais pas là.

ponte le 04.05 (pas sur de la date) --> date inconnue. Echec total

Nouvelle ponte le 15.05.2008 ---> éclosion dans la nuit du 25 au 26.05.2008. Aucune larve ne semble avoir survécu (ponte sur une pierre inacessible, j'avais placé une lumière pour les attirer vers le bac des larves. Cela n'a semble t-il pas fonctionné. Echec 100%.

La femelle est morte le 20.05.2008.

Fin de l'expérience pour le moment... alors que j'avais réussit a remonter la pente avec mes élevage de phyto et de zoo qui battaient de l'aile...


Reprise de l'expérience !

Mes deux couples de clowns ne pondent toujours pas....Mais, un ami, qui a réussi a conserver 6 poissons sur l'une des pontes de son couple, m'a confié des larves tout juste écloses.

éclosion des larves dans la nuit du 12 au 13 Juin :
Nota : Prélèvement du support de ponte le soir du jour présumé de l'éclosion avec adjonction d'une pompe de faible débit munie d'une "chaussette" pour ventiler les œufs. Pas d'éclosion le soir prévu mais uniquement le lendemain soir... la pompe de brassage a très bien joué son rôle puisque l'ensemble des œufs étaient en bon état avant l'extinction de la lumière !
Rendez-vous est pris chez cet ami le lendemain de l'éclosion pour que je puisse récupérer les larves. Il semble que la pompe ai tué environ 50% des larves :-( donc, la prochaine fois, mise en route de la pompe de brassage puis extinction de celle-ci en même temps que les lumière, mais ajout d'un bulleur à la place.. on devrai en principe récupérer plus de larves vivantes. Toujours est-il que je transporta donc son bac (environ 30 x 15 x 15) chez moi, dans ma voiture. Il restait environ un vingtaine de larves au départ, l'eau étant verte (phytoplancton), il était tout de même difficile de compter. Le voyage, bien que très très tranquille (environ3 km) a sans douté été source de mortalité importante (mouvement de l'eau assez violents dans le bac lors du transport).
Nourrissage : l'eau du bac doit être maintenue "verte" par addition de phytoplancton chaque jour (voir même plusieurs fois par jour ) + rotifères. Après 5 jours , ajout de nauplies d'artémias très fraichement écloses

Mercredi 17 Juin 2009 : depuis dimanche, il reste 4 larves en bonne santé (pour le moment). Elles ont donc 5 jours !!!!! J'effectue des changements d'eau d'environ 1 à 2 litres par jour depuis lundi.

Vendredi 19 Juin :les 4 larves semblent bien se porter. Je suis à cours de phytoplancton depuis hier... les rotifères ne sont donc plus enrichis depuis plus de 24H... Normalement, je reçois du phyto aujourd'hui, en espérant qu'il ne soit pas trop tard...
Une nouvelle ponte est déjà en route chez le collègue récifaliste ! Éclosion prévue dans la nuit de vendredi ou de samedi !! Nous allons tenter de sauver davantage de larves :-)

Dimanche 21 Juin : L'un des alevins, plus gros que les autres, change d'aspect. Sa première bande blanche apparait, sur la tête !!!!!! Tous commencent à avoir une coloration un peu orangée, en particulier le plus gros.

20.06.2009 :Premier cliché des petits ;-)

21.07.2009 : Le bac de grossissement

Désolé pour la photo pourrie...!

Samedi 05 Septembre : Ils sont tous partis dans un grand bac ;-)


Nouvel essai

Lundi 07 Septembre : Les nouveaux petits sont nés dans la nuit de dimanche à lundi. Récupération directement dans le bac principal de Valery : pompes de brassage coupées, les poissons sont attirés grâce a une petite lampe dans un coin du bac puis ils sont siphonnés. Il semble que le diamètre de tuyau classiques pour bulleur soit un peu petit. Un grand nombre de larves n'ont pu être prélevées, néanmoins, ils y en a déja suffisament !!!
Bref, mise en place dans le bac d'élevage ce soir, avec de l'eau neuve (1/3) et de l'eau du bac principal (2/3), ajout de rotifères enrichis et de 20 ml d'eau bien verte. Bullage permanent (que je coupe tout de même environ 10 minutes de temps en temps afin que les larves se nourrissent plus facilement) et éclairage 30W (30 cm au dessus du bac) 24H/24.

Mercredi 16 Septembre : 10éme jour. Il en reste environ une soixantaine ! Certains présentent la première bande blanche sur la tête ;-)
Au début, je retirais quelques cadavres à chaque nourrissage (3 fois par jour). Depuis plusieurs jours, je ne retire plus de morts ! Je pense que j'ai eu moins de 20% de perte pour le moment.
Nourrissage aux nauplies d'artémias depuis 5 jours.

Jeudi 17 Septembre : 11éme jour. Nombre d'entre eux présentent la seconde bande (derrière la nageoire dorsale) ;-)
J'ai aussi ajouté un petit Sarcophyton. L'un des petits clowns l'a de suite adopté comme anémone de substitution !!!


Nouvelle tentative !

24.11.2011

Depuis quelques jours, j'ai relancé ma culture de phytoplancton; j'en ai donc 6 litres qui m'attendent gentillement au frigo !
Je viens de recevoir une souche de rotifères ... mise en culture ce jour.

Deux de mes 3 couples d'ocellaris pondent désormais régulièrement. D'ici quelques jours, quand j'aurais assez de zooplancton, je retenterais l'expérience.

La dernière fois, j'en ai élevé 86 !!!! Malheureusement, je les ai mis trop tôt avec des ocellaris plus grands qu'eux dans un bac de 300 litres, et ils se sont tous fait "shootés" :-(

A suivre .... ;-)

07.12.2011
Réalisation d'un collecteur de larves. Il s'agit d'un bac en verre avec 2 faces en plexi (pour un perçage facile), suspendu dans le bac principal par des pattes en plexi "sur mesure". Les larves mesurent environ 1 mm de diamètre, j'ai donc opté pour un tamis 400 microns. Le collecteur sera en fonctionnement toute la nuit, il est donc impératif, d'une part, que les larves ne passent pas à travers le tamis, d'autre part, que le tamis ne se colmate pas. (Pour info, j'ai trouvé sur le site de la Coopérative Française d'Aquaculture, toute une offre de tamis de différents diamètres, à prix très abordable) ;-)

L'entonnoir sera situé juste au-dessus de la ponte. La pompe aura 300l/h de débit.

Premiers essais dans quelques jours ;-)

12.12.2011 : Premier essai ! La mise en place fut laborieuse !! Mon collecteur de larve étant bien trop large et bien trop haut pour mes bacs. Mais j'ai tout de même réussi à le mettre en route, avec une pompe de 160l/h réglable et donc réglée à la moitiè environ de sa capacité (sinon, cela me vidait le collecteur). Ce matin, j'ai récupéré de nombreuses larves, même si la ponte n'a pas éclos en totalité. Le reste viendra la nuit prochaine, très certainement !!
13.12.2011 Les larves sont dans le bac de grossissement, mais j'ai un soucis de rotifères ... je n'en ai pas assez ... à mon avis, les larves ne survivront pas cette fois ... par manque de nourriture vivante :-(

14.12.2011 : C'est bien ce que je pensais ... toutes les larves récoltées sont mortes de faim. Je vais attendre d'avoir LA bonne quantité de rotifères avant de remettre le collecteur de larves en route.

26.12.2011 : le collecteur de larve V2.0 (!) est en place. Plus petit que le précédent, il est beaucoup moins "galère" a mettre dans le bac.


Une vue générale du bac, avec le collecteur en plein milieu !


27.12.2011 : Entre 200 et 300 larves collectées ce matin !!
Nourrissage aux rotifères enrichis dès la mise en place dans le bac des larves, avec ajout de phytoplancton pour que les rotifères non consommés dans l'instant restent riches le reste du temps.

Ce soir, très peu de cadavres (une dizaine seulement); cela me semblent plutôt prometteur !

28.12.2011 : Arff, hécatombe au petit matin :-( Environ 50% de perte. Je pense que j'étais encore un peu limite au niveau quantité de rotifères. Mais cela devrais gazer tout de même pour le reste des larves. Je vais attendre 1 mois pour la prochaine récolte ! Mise ne route d'une culture de nauplies d'artémias depuis hier soir (vu la température dans mon sous-sol, il faut un certain temps avant l'éclosion ...).

04.01.2012 : Apparition de la première bande sur' l'un des alevins. Perte de quelques uns, les plus gros, sans raison apparente. Nourrissage aux nauplies d'artémias depuis 3 jours.

08.01.2012 : Reste une trentaine de poissons ayant 2 bandes + 4 petits qui ne semblent pas évoluer. Cette nuit, en principe, récolte d'une nouvelle éclosion, moins conséquente que la dernière.

15.01.2012 : la première tournée grossie bien ;-) Il y a 34 poissons sauvés ! C'est peu sur le nombre total de larves que j'avais récolté , mais le manque de rotifères a sélectionné les plus résistants !! Aujourd'hui , étant à cours de nauplies d'artémias, j'ai investi dans Instant Baby Brine Shrimp> ! Et bien les alevins ne font pas de différence entre ces nauplies mortes et les nauplies vivantes que je leur donnais jusque là !! Et tant mieux !!!.
La dernière récolte de larves se passe bien aussi. Il doit y en avoir entre 30 et 50. Le bac dans lequel elles sont est plus petit que le premier et le nourrissage s'en trouve facilité. Par contre, les changement d'eau doivent être plus réguliers.
20 mai 2012 Bilan de ces dernièrs prélèvement de larves : 70 poissons clowns !!! Bientôt dispo à la vente ;-)

Par chprieur, le Mardi 30 Octobre 2007 (mis à jour le Dimanche 20 Mai 2012 21:54) pour AquaBase.org

0 commentaires