Les détails de construction d'un aquarium en bois.

Je vous propose donc de me suivre dans la construction d'un aquarium en bois. Ma première expérience avec ces bacs date de mai 2007 avec un 1300 litres, rien à signaler en novembre 2015.

Créé le 25 novembre 2015 à 21h04 par QG


Les matériaux.



Pour le 1300 litres, j'avais acheté des panneaux de contre-plaqué bakélisé 150 X 300 WISAFORM BIRCH FILM en 21 mm.

Pour le 400 litres, je voulais trouver des panneaux en 250 X 125 en 18 mm.

En wisaform ils n'étaient pas disponibles, je me suis donc rabattu sur deux autres fournisseurs qui commercialisent deux autres marques. Ces deux autres marques, (non spécifiées sur les factures) sont beaucoup moins chères mais de moindre qualité.

Chez WISAFORM, dans aucune des coupes je n'ai décelé de vide entre les différentes plaques, alors que dans les deux autres c'est relativement fréquent.

En conclusion ces panneaux moins chers conviennent pour des petites capacités jusqu'à 500 litres, au-delà il est plus prudent de casser sa tirelire.


Pour les vis, j'ai utilisé des vis agglo donc filetées de la tête à la pointe en 4X40 (4X50 pour le 1300). Il est inutile de les acheter en inox, elles ne seront jamais en contact avec l'eau.


Toute l'étanchéité sera réalisée à l'aide de cartouches de SIKAFLEX 11FC. Ce produit existe en plusieurs couleurs, le noir me paraît plus adapté. Un pot de décapant pour tube PVC permettra de meilleurs collages.


L'indispensable vitre est en 8 mm (12 pour le 1300), inutile de faire abattre les bords, ils seront noyés dans du SIKA.


Enfin, des vitres de 4 mm pour réaliser la couverture, du polystyrène 10 mm blanc pour poser sous le bac fini et pour les renforts une barre inox de 30X10 plus 4 boulons 6X40 avec écrous et rondelles (le tout en inox) compléteront vos emplettes.



L'outillage.



La découpe des panneaux n'est pas compliquée en soi, mais elle demande beaucoup de place, de rigueur et une scie circulaire "sérieuse" équipée d'une lame spéciale pour les coupes fines et délicates.

Il reste toujours la possibilité de faire exécuter les découpes par votre revendeur de bois. De plus, le transport des panneaux sera facilité. Difficile de transporter un panneau 150X300 dans une Twingo, de le monter en étage et de le découper dans le salon.

La seule découpe que votre revendeur ne pourra certainement pas réaliser, c'est l'ouverture au milieu de la façade avant. Une défonceuse équipée d'une fraise droite fait parfaitement l'affaire, une scie sauteuse pourrait également, mais cet outil est incapable de réaliser une coupe parfaitement droite, même appuyé à une règle guide. Selon l'habillage final choisi, cette imperfection est acceptable, mais çà, ce sera le dernier chapitre.


La super perceuse-visseuse avec ses batteries chargées sera mise à contribution avec une mèche bois de 2,5 mm, une mèche bois de 6 mm, une mèche bois de 4 mm avec fraise conique pour que les têtes des vis ne dépassent pas (voir photo), une mèche fer 6.5 mm et un embout Pozidriv N° 1.


Un pistolet à silicone, une petite cuillère et un petit rouleau de peintre à poils très courts (comme du velours) permettront de se battre avec le Sikaflex qui colle tout ce qui l'approche.


Bien sûr, mètre, crayon, tréteaux, scie à métaux ou tronçonneuse, masque à poussière et à vapeurs nocives seront de la partie.



Le poste de travail.


C'est clair, il faut un minimum de place pour travailler sereinement. De plus, plusieurs phases de la construction vont s'avérer particulièrement poussiéreuses, odorantes, voire nocives pour les personnes et animaux à proximité.

On éloigne donc les personnes inutiles et les animaux (penser aux pompes à air) lors de la manipulation du décapant et lors des premières heures de séchage du Sikaflex.

On éloigne définitivement les enfants car ce qui n'est pas toxique est tranchant, parfois en équilibre, souvent lourd.

La belle-mère peut rester.…. c'est même préférable.



La découpe des planches.



Sept planches sont nécessaires, un fond, quatre cotés et deux renforts longitudinaux. Toutes les mesures sont en cm.


Le fond couvre la totalité de la surface du bac soit 174X44 (272X61 pour le 1300)


La façade avant et la façade arrière sont identiques soit 174X61,5 (272X89 pour le 1300)


Les deux cotés sont identiques soit 40,4X61,5 (56,8X89 pour le 1300 litres)


Les deux renforts longitudinaux sont également identiques avec 156X7 (251X10 pour le 1300)


Ces mesures donnent un bac de 174 de long, 44 de large et 63,3 de haut en 18 mm. (272 de long, 61 de large et 91,1 de haut en 21 mm pour le 1300). Il s'agit bien sûr des dimensions externes.


Comme vous l'avez peut être constaté, les côtés sont coupés à la largeur totale 44 moins deux fois 18 mm soit 40,4. (61-2,1-2,1 soit 56,8 pour le 1300).

Il n'y a aucune réservation pour une éventuelle épaisseur de colle entre les panneaux. C'est bien parce que les panneaux seront assemblés à sec. De cette manière, le travail se fait au propre, sans mastic qui colle, tache ou dégouline, les panneaux sont assemblés à la perfection sans variation due à des différences d'épaisseur, les vis ne sont pas soumises à l'effort de compression du mastic et les panneaux peuvent être démontés si nécessaire.

Cette technique est possible car dans un bac en bois les taches sont séparées. Le bois assure la structure et sa rigidité, le mastic assure l'étanchéité. Nous sommes loin de la conception d'un bac en verre où la colle silicone assure à la fois l'assemblage des vitre et l'étanchéité de l'ensemble.



La fenêtre, parce qu'un aquarium, quand on voit les poissons, c'est mieux.



Comme je l'ai dit précédemment, la découpe de l'ouverture pose un problème particulier.

Il s'agit, au milieu d'un panneau, de réaliser une ouverture qui ne laisse qu'un cadre de 10 cm sur lequel la vitre viendra se plaquer de l'intérieur. Si la coupe n'est pas bien franche, ce n'est pas grave en terme d'étanchéité, mais c'est moche.

Pour ma part, j'utilise une défonceuse équipée d'une fraise droite et d'un rail de guidage réglé à 10 cm.

L'utilisation d'une scie sauteuse est envisageable mais déconseillé car cette dernière ne peut pas couper droit dans ces épaisseurs.

La scie circulaire, si utile jusqu'ici devient inadaptée du fait du démarrage au milieu du panneau.

Certains remplacent ce panneau par des barres de 10 cm de large, assemblés pour réaliser le cadre. L'ensemble y perd beaucoup en rigidité, or ce panneau est très important car c'est lui qui assure le support de la vitre et le moindre défaut de planéité ou de résistance va immanquablement se répercuter sur cette dernière.

Il est à noter que la découpe de la fenêtre permet de récupérer un panneau dans lequel il est possible de découper les côtés et les trappes de nourrissage dont je parlerais plus tard.



La préparation au montage ou la guerre des trous.



Il faut comprendre quelques notions de base.

Première notion, les contre-plaqués sont comme un mille feuilles en bois. De fines lames de bois collées entre elles jusqu'à l'épaisseur choisie. Si vous vissez une vis de 4X40 dans l'épaisseur (la tranche) d'un contre-plaqué de 18 ou 21, la vis va écarter le bois et localement décoller les feuilles (plis). Pour éviter ce phénomène, on réalise un avant trou destiné à retirer le bois qui va être remplacé par le corps de la vis tout en conservant celui où le tranchant de la vis va venir s'agripper. Pour une vis de 4 dans un contre-plaqué, un avant trou avec une mèche de 2,5 mm convient.

Deuxième notion, si vous voulez assembler deux bouts de bois en té, nous avons vu qu'il fallait réaliser un avant trou dans la tranche de la première planche. La deuxième planche n'étant que traversée par la vis, elle ne risque pas d'éclater. L'avant trou n'est donc pas nécessaire.
Mais que va-t-il se passer au vissage ? Les premiers filets de la vis vont traverser la planche, puis attaquer la tranche de la deuxième où nous avons pratiqué l'avant trou. Elle va continuer à s'enfoncer simultanément dans les deux planches jusqu'à ce que la tête se bloque en butée. Il sera alors impossible de serrer d'avantage les planches entre elles car l'écartement de départ est conservé tout le temps.
Si nous répétons la même expérience en ayant pris le soin de réaliser l'avant trou dans la tranche, mais en perçant celle qui doit être traversée par la vis à l'aide d'une mèche de 4 mm. La vis va glisser dans le trou de la première, attaquer la tranche de la seconde, mais quand la tête va arriver en butée de la première, la vis va glisser dans le trou et s'agripper dans l'avant trou. Et chaque tour de vis serrera davantage l'ensemble jusqu'à arrachage du bois ou rupture de la vis. Il est clair qu'il faut s'arrêter avant.

Toutes ces explications fastidieuses pour expliquer qu'il faut soigner ses trous et avant trous, opération encore plus fastidieuse, et ce n'est rien de le dire.

Vous pouvez maintenant équiper votre perceuse de la mèche de 4 avec sa fraise conique. Il faudra percer la planche de part en part et entamer la surface avec la fraise pour que les têtes des vis ne dépassent plus une fois vissées. Petite astuce, pour ne pas éclater le revêtement en fin de percement, il suffit que la partie à percer soit appuyée sur une chute de bois

Prendre la planche du fond. Elle devra être percée sur tout son pourtour à 9 mm du bord pour recevoir les quatre montants verticaux (10,5 mm pour du cp de 21). Dans la longueur, devant et derrière, le premier et le dernier trous sont à 3 cm de leurs bords respectifs (4 pour le cp de 21). Les trous intermédiaires sont espacés d'environ 8 cm les uns des autres. Dans les largeurs, le premier et le dernier trous sont à 3 cm de leurs bords respectifs (4 pour le cp de 21). Les trous intermédiaires sont espacés d'environ 7,6 cm les uns des autres.

Prendre la façade avant, le côté droit et le côté gauche devront être percés à 9 mm du bord pour visser les panneaux de cotés (10,5 mm pour du cp de 21) Le premier et le dernier trous sont à 3 cm de leurs bords respectifs (4 pour le cp de 21). Les trous intermédiaires sont espacés d'environ 7,9 cm les uns des autres.
Tracer une ligne à 19mm du haut du panneau, nous allons préparer la fixation du renfort longitudinal haut. (20,5 mm pour du cp de 21) Le premier et le dernier trous sont à 11 cm de leurs bords respectifs. Les trous intermédiaires sont espacés d'environ 8 cm les uns des autres.

Prendre le panneau arrière et réaliser exactement la même opération que pour la façade avant.

Il faut maintenant réaliser les avant trou avec la mèche de 2,5. Reporter les mesures correspondantes sur la tranche des deux renforts, sur les tranches sous la façade avant, sous la façade arrière et sous les cotés. Pour les cotés, il faut également traiter les deux tranches verticales de chaque panneau.

Fin de la guerre des trous, début de la mise en forme et des premières satisfactions.




Le montage.



Attrapez votre boite de vis 4X40, on va l'alléger.(4X50 pour le cp de 21) Si la préparation a été soignée, le montage est un jeu d'enfant. Avant tout, faites des essais sur des chutes pour régler le couple de votre visseuse. Pas assez fort elle déclenche alors que la vis n'est pas entièrement vissée, trop fort la tête s'enfonce dans le panneau ou la vis foire ou casse.

Premier assemblage, la façade arrière est posée sur les tréteaux, le fond vient se visser sur la tranche. Une vis à chaque extrémité, trois ou quatre autres bien reparties. A chaque vis vérifiez que les bords s'ajustent bien.

La suite vient avec un côté puis l'autre. Chacun se visse sur le fond et la façade arrière, vérifiez qu'ils plaquent bien dans l'angle, garantie d'un bac parfaitement d'équerre. Cette fois encore, on ne place que quelques vis.

Sans déplacer l'ensemble, on vient poser la façade avant qui se trouve donc dessus. On place quelques vis, le bac a pris forme. Il faut maintenant vérifier que tout correspond, que tous les panneaux sont bien plaqués, qu'aucun jour n'apparaît dans les angles. En cas de défaut, on dévisse et on replace. Tout est parfait, bravo, il faut maintenant tout visser en vérifiant que tout reste en place.

Il est maintenant temps de redresser le bac et de visser les renforts longitudinaux. Le dessus des renforts se trouve 10 mm plus bas que le haut du bac, c'est l'épaisseur des barres inox que nous placerons plus tard. Les renforts ne vont pas jusqu'au bout, normal, c'est pour dégager un passage pour les tubes.



L'étanchéité des angles.



Le bac est monté, les différents panneaux forment des angles droits. Nous allons réaliser l'étanchéité de ces angles. Pour dégraisser les panneaux, un chiffon en coton non pelucheux et propre, du décapant pour PVC (décapant plombier). Il faut entièrement nettoyer les surfaces intérieures sans insister sauf en cas de tache grasse. Un simple passage avec un chiffon bien imbibé suffit. Attention, ce produit est très puissant, très volatile, très inflammable et très toxique. Masque à gaz hautement conseillé, bonne ventilation obligatoire, gants et lunettes si vous avez, mais pas de gants en plastique, ils fondent.

Puisque le masque à gaz est à portée de mains, on enchaîne sur le Sikaflex. On commence par le fond pour ne pas s'en mettre partout. Puisque la vitre n'est pas là, on peut passer par la fenêtre. On ne traite qu'une longueur à la fois, on traite les longueurs entièrement, les reprises se font dans les angles et doivent être particulièrement soignées pour éviter de créer des bulles, quand on a commencé, on ne s'arrête pas.
Avec le pistolet, on dépose un cordon de mastic sur la partie à traiter, puis on le met immédiatement en forme en le lissant avec la petite cuillère. Il faut bien écraser le bourrelet pour que le mastic adhère et soit uniforme. Le produit colle tellement qu'il est difficile de réaliser des joints propres à sec, mais il ne faut pas céder à la tentation du savon, de l'eau , de la patate ou autre truc à silicone car cela se fera toujours au détriment de la qualité du collage. N'oubliez pas que seuls les deux collages verticaux du fonds seront visibles.

Quand tout est fait, renforts compris, il faut attendre au moins deux jours pour passer à la suite.



La vitre.



Puisque notre fenêtre mesure 154X41,5 notre vitre de 8 mm (12 mm pour le 1300 litres) devra mesurer 166X53,5. Ainsi on aura 6 cm de recouvrement sur tout le pourtour.

Coucher le bac façade avant vers le bas sur un support parfaitement droit. Dégraisser la partie de vitre qui sera collée avec le décapant, réaliser deux ou trois cordons périphériques autour de la fenêtre à l'intérieur du bac, rentrer la vitre dans le bac et la poser à sa place. En la faisant légèrement glisser de gauche à droite et de haut en bas, le mastic s'écrase plus facilement. Placer la vitre dans sa position définitive.

Charger en silicone la partie autour de la vitre en recouvrant également les arêtes pour éviter que les poissons se blessent. Compter une semaine de séchage avant de pouvoir redresser le bac



Le revêtement intérieur.



Du fait de leur poids et leur fragilité, les panneaux présentent souvent des petits défauts.
Lors des tests de mon 1300 litres, j'avais pu constater que des petits poinçonnements entraînaient un très léger gonflement du bois. J'ai donc décidé de recouvrir toute la surface au Sikaflex.
Pour ce faire, le petit rouleau à poil ras m'a permis de réaliser un film uniforme. Il suffit de poser quelques noisettes de Sikaflex sur la planche, puis de l'étaler au rouleau. De noisette en noisette la totalité du bac est traitée, sans oublier les tranches des deux renforts longitudinaux.
Avec la même technique, je colle mes posters de fond. Sika, rouleau, je plaque mon poster et je maroufle.



Les renforts transversaux.



Il suffit de couper deux barres inox de 37 cm dans le profilé 30X10 et de réaliser un trou de 6 mm à chaque extrémité. (4 de 54 pour le 1300 litres).
Bien répartir les deux barres dans la règle des tiers par rapport aux renforts longitudinaux. Il reste un espace de 50 cm de large entre les deux barres.
Percer les renforts longitudinaux, placer les 4 vis inox avec leurs rondelles depuis le bas, visser les écrous par le dessus.



Bottes, seaux et serpillières.



Le bac est à sa place sur sa feuille de polystyrène de 10 mm, le dernier Sikaflex date de plus de dix jours, je suis content de ne pas être votre voisin du dessous, on va mettre en eau. Doucement, par paliers, à chaque étape on vérifie l'étanchéité.

Pas de fuite ? normal, il ne peut pas y en avoir.



Et pour fermer le haut.



3 vitres de 50X34 , le milieu est fermé et il reste environ 7 cm de chaque côté. Couper deux morceaux de 6,5 de large sur 34 ou 35 ou ce que vous voulez en fonction des tubes qui passent dans l'angle, deux charnières vissées par le dessus, on traite le tranchant des trappes au Sikaflex et c'est fini.



La galerie


Pour ma part, j'utilise des luminaires à deux ou trois tubes fluos en caissons tout prêts de chez Philips ou Mazda, rien ne vous empêche de créer votre propre rampe. Les barres inox supporteront tout type de rampe.



La finition.


Je ne me suis pas encore lancé dans les finitions car je dois encore construire un 400 litres à l'identique et un 2000 litres pour compléter mon bureau. J'hésite entre le parement pierre ou brique, l'ébénisterie, les profilés aluminium ou PVC, les miroirs colorés.…...



Mise en route du bac.



Et vous voulez pas que je vienne nourrir vos poissons ?

Débrouillez vous sans moi.






0 commentaires